Un temps commence après celui (de la Nativité) qui se termine. Mais est-ce vraiment le temps de Noël incluant l’Épiphanie termine-il vraiment ? Sûrement pas 

" De fait, s'il n'existe plus, aujourd'hui, de Temps après l’Épiphanieproprement dit, les premières semaines du Temps que nous appelons Ordinaire ne s'articule pas moins de façon très sensible et théologiquement très appropriée sur la grande solennité de Noel-Épiphanie, au regard ds lectures (et tout simplement des évangiles) qui sont proposé. La thématique générale est bien celle des premières manifestions messianiques de Jésus et de l'annonce du royaume, consécutive au Baptême" (Chante et Marche, Père Cassingéna-Trévidy)

4ToC LaeteturLaetetur cor quaerentium Dominum : 
quaerite Dominum, et confirmamini :

quaerite faciem eius semper.
Ps. : Confitemini Domino, et invocate nomen eius : 
annuntiate inter gentes opera eius.

Que le cœur de ceux qui cherchent le Seigneur se réjouisse : 
cherchez le Seigneur, et soyez affermis : 
cherchez sans cesse sa face. (Psaume 104, 3, 4)
Ps. : Acclamez le Seigneur, et invoquez son nom: 
annoncez ses œuvres parmi les nations. (Psaume 104, 1)

"Deux thèmes spirituels se conjuguent dans le texte de ce bel introït : la joie et la recherche de Dieu. La joie comme récompense ; la recherche de Dieu comme l'activité privilégiée qui mérite cette récompense.

Avant d'être un thème privilégié de la spiritualité monastique,« quærere Deum »est un thème scripturaire. Les psaumes, en particulier, utilisent abondamment cette expression ou d'autres analogues. Le verbe chercher est mis en relation, dans l'Écriture, avec différents compléments : Dieu, bien sûr, son visage, sa gloire, sa volonté, sa loi, ses commandements, sa justice, son royaume mais aussi la sagesse, le bien, etc.... " Lire la suite >>>


Pour ce dimanche c'est le verset de  l'Alléluia qui nous sert de fil conducteur du point de vue thématique, aux dimanches qui suivent  l’Épiphanie. L'offertoire Bonum est et la communion Illumina nous donne déjà un avant-gout de l'ancienne Septuagésime. "Avec les deux dernière pièces chantées notre 4ème dimanche du Temps Ordinaire se rappelle donc à notre oreille, encore que fort discrètement, le basculement qui se faisait basculer jadis l'année liturgique du Temps de l’Épiphanie, ou, pour user d'une métaphore géographique, du "bassin fluvial" de Noël à celui de Pâques"  (Chante et Marche, père Cassingéna-Trévedy)

Retrouver les chants propres de ce dimanche  ici >>>
E
t les lecture ici >>>

5ToC VeniteAdoremusDeum Venite adoremus
Venez, adorons Dieu et prosternons-nous devant le Seigneur ! Pleurons devant celui qui nous a fait, car c'est lui le Seigneur notre Dieu !

Au 5ème dimanche cet introït nous place toujours dans la thématique de l’Épiphanie tandis que l'offertoire  Perfice  et la communion Introïbo nous situe déjà à l'ancien dimanche de la Septuagésime et le graduel Tollite hostias s'invite déjà au 5ème dimanche de Carême. (Source "Chante et Marche", Père Cassingena Trévedy)

"L'introït Venite adorémus, l'invitation à l'impératif - VENEZest suivi d'un cohortatif - ADORONS . Le mouvement d'entrée se trouve donc "provoqué" par une voix singulière qui appelle, mais qui se reconnait tout aussitôt solidaire d'un groupe, d'une communauté, et qui assume simplement la charge d'introduire celle-ci en Présence : vox ecclesiastica, pourrait-on dire. L'introït fait en somme ici sa matière de l'appel même qui suscite la démarche d'entrée ; plus exactement , il n'est autre que l'encouragement que s'adresse les uns aux autres les membres de l'assemblée en train de célébrer, pour autant que chacun s'avère être, en la circonstance, fraternellement responsable de l'accès d'autrui à la Présence." (Chante et Marche, père Cassingena-Trévedy, Tome I, page 292).

Enregistrement et partitions sont à trouver ici >>>
Les lectures à méditer ici >>>