XVIIe Dimanche du Temps Ordinaire B, 25 juillet 2021 

In deusInLoco 17ToDeus in loco sancto suo Deus qui inhabitare facit unanimes in domo 
Ipse dabit virtutem et fortitudinem plebi suae.
V/ Exsurgat Deus, et dissipentur inimici eius Et fugiant, qui oderunt eum, a facie eius.

Dieu est dans son Lieu Saint, Dieu qui rend unanimes les habitants de la maisonnée ; 
C’est lui qui donnera la force et la vaillance à son peuple. 
V/ Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent, 
Et qu’ils fuient devant sa face, ceux qui le haïssent ! (Ps 67, 6-7, 36 et 2)

Chaque assemblée dominicale commémore la résurrection et le psaume 67 qui a inspiré notre introït est souvent utilisé dans la période pascale. Il commence par Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent (v. 2) qui est repris dans le verset d’introït. C’est l’invocation de Moïse au moment du départ de l’arche d’alliance (Nb 10, 35).

Le Ps 67 relate l’épopée du peuple hébreu de la sortie d’Egypte à l’intronisation du Seigneur à Sion au temps de la monarchie davidique. Le récit est conçu comme une espèce de processionnal : Dieu, on a vu ton cortège, le cortège de mon Dieu, de mon roi dans le Temple : en tête les chantres, les musiciens derrière, parmi les jeunes filles frappant le tambourin.
Rassemblez-vous, bénissez Dieu ; aux sources d'Israël, il y a le Seigneur ! Voici Benjamin, le plus jeune, ouvrant la marche, les princes de Juda et leur suite, les princes de Zabulon, les princes de Nephtali. (Ps 67, 25-28)

Processional liturgiquement actualisé dans une cérémonie de louange au temple pendant laquelle ce psaume était chanté
(on pense à une fête automnale à cause du v. 10 : Tu répandais sur ton héritage une pluie généreuse) : 

Royaumes de la terre, chantez pour Dieu, jouez pour le Seigneur, celui qui chevauche au plus haut des cieux, les cieux antiques. Voici qu'il élève la voix, une voix puissante ; rendez la puissance à Dieu. Sur Israël, sa splendeur ! Dans la nuée, sa puissance ! Redoutable est Dieu dans son temple saint, le Dieu d'Israël ; c'est lui qui donne à son peuple force et puissance. Béni soit Dieu ! (Ps 67, 33-36)
Cet exode du peuple hébreu rappelle celui de son Seigneur lui-même, en tête de son peuple, du Sinaï vers la montagne sainte de Sion : Chantez pour Dieu, jouez pour son nom, frayez la route à celui qui chevauche les nuées. Son nom est Le Seigneur ; dansez devant sa face. (Ps 67, 5)
Dieu, quand tu sortis en avant de ton peuple, quand tu marchas dans le désert, la terre trembla ; les cieux mêmes fondirent devant la face de Dieu, le Dieu du Sinaï, devant la face de Dieu, le Dieu d'Israël. (Ps 67, 8-9)

Sion où il résidera éternellement dans son temple, où les adversaires une fois mis en fuite les rois de la terre viendront apporter leurs présents (v. 30) : Mont de Basan, divine montagne, mont de Basan, fière montagne ! Pourquoi jalouser, fière montagne, la montagne que Dieu s'est choisie pour demeure ? Là, le Seigneur habitera jusqu'à la fin. (Ps 67, 16-17) (lire la suite  http://www.bible-parole-et-paroles.com/2019/07/deus-in-loco-sancto-suo.html)

Retrouver les enregistrements et partitions de ce dimanche ici >>> 
Et les lectures ici >>>

XVIIIe Dimanche du Temps Ordinaire  - B, 1er Août 2021In Sitientes 18To A

Deus in adiutorium meum intende: Domine ad adiuvandum me festina.
Confundantur et revereantur inimici mei qui quaerunt animam meam.
Avertantur retrorsum et erubescant, qui volunt mihi mala.

Dieu, viens à mon aide : Seigneur, hâte-toi de me secourir.
Qu’ils soient confondus et honteux, mes ennemis qui en veulent à ma vie.
Qu’ils soient renvoyés sur leurs pas, et qu’ils soient rouges de honte,
ceux qui me veulent du mal.


Retrouver les enregistrements MP3 de cette messe ici >>>
Et les textes des lecture du jour ici >>>

 

XIXe Dimanche du Temps Ordinaire - B , 8 Août 2021

In RespiceRespice, Domine, in testamentum tuum, et animas pauperum tuorum ne derelinquas in finem :
Exsurge Domine, et iudica causam tuam : et ne obliviscaris voces quaerentium te. (Psaume 73, 19-20,  22-23) 
Ps. Ut quid Deus repulisti in finem : iratus est furor tuus super oves pascuae tuae ? (verset 1)

Jette un regard, Seigneur, sur ton Alliance et n'abandonne pas définitivement les âmes de tes pauvres !u
Debout, Seigneur! Prends fait et n'oublie pas les voix de ceux qui te cherchent !
Ps: Pourquoi, Seigneur, nous as-tu complètement repoussés ? Pourquoi cet orage de ta colère sur les brebis de ton alpage ?

 Le texte original du psaume a été quelque peu transformé comme ceci

19 Ne tradas bestiis animas confitentes tibi, animas pauperum tuorum ne obliviscaris in finem.
20 Respice in testamentum tuum,  quia repleti sunt qui obscurati sunt terra domorum iniquitatum.
21 Ne avertatur humilis factus confusus ; pauper et inops laubabunt nomen tuum.
22 Exsurge, Deus, iudica causam tuam;  memor esto improperiorum tuorum, corum qua ab insipiente sunt tota die.
23 Ne obliviscaris voces quarentium te. Superbia eorum qui te oderunt ascendit semper.

 Le compositeur a donc antéposé 20a à 19b en ajoutant un vocatif Domine qui met d'emblée en vedette le destinataire ; en 19b, ne derelinquas (n'abandonne pas) vient remplacer ne obliviscaris (n'oublie pas), sans doute pour éviter un effet de redite avec 23a qui se trouve très rapproché du fait de la sélection opérée parmi les versets ; quant à la substitution de Domine à Deus en 22a, elle s'explique vraisemblablement par un souci oratoire que confirme amplement, du reste, le traitement mélodique de ce vocatif à l'apex de la pièce, Il en va en comme si l'auteur de ce patchwork avait intentionnellement estompé la présence quelque peu obsédante des ennemis et des malheurs pour aboutir à l'expression d'une prière intense, certes, mais incontestablement plus sereine. 

Ainsi « arrangée», la prière psalmique se décline en trois éléments principaux : 
 

A - Respice, Domine, in testamentum tuum et animas pauperum tuorum ne derelinquas in finem – (cadence sur si) 

B - exsurge, Domine, et iudica causamtuam – (cadence sur la)

C - et ne obliviscaris voces quaerentium te – (cadence sur sol)

 Tritus authente (5° mode) en ROM, Tetrandus plagal (7e mode) en GREG, la pièce fait partie de ces «quelques introïts dont la comparaison » entre les deux répertoires « n'est pas décisive, car le lien entre leurs compositions n’apparaît pas avec une clarté suffisante.»
(D'après Chante et Marche, Frère François Cassingena-Trévidy Tome III, page 166 lire  la suite )

 Retrouver ici >>> les enregistrements et partitions de ce dimanche
Et les lectures ici >>>