Après la semaine dans l'Octave de Pâques nous entrons dans un cycle pascal de 6 semaines qui nous mène vers la Pentecôte qui marque la venue du Saint Esprit après que le Christ aura rejoint le Père par la fête de l'Ascension. Une série de 6 dimanches riches en beaux chants où tous  terminent par au moins deux ALLELUIA, parfois 3. C'est le cas pour les introïts. Le graduel est remplacés  par un Alléluia.

 

6Tp VocemJucunditatisVIème dimanche de Pâques B, 9 Mai

A quelques jours de sa montée vers le Père le Christ nous laisse son commandement "Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour."

Le texte de l'introït Vocem jucunditatis est tiré du Prophète Isaïe (Is 48, 20) "Avec des cris de joie, répandez la nouvelle ; faites-la entendre, alléluia, annoncez-la jusqu'au bout du monde : le Seigneur a libéré son peuple, alléluia, alléluia.". Sa musique en mode III (MI-SI) annonce une joie mais une joie solide aux confins de la terre : le Seigneur a libéré son peuple

Le texte du premier ALLELUIA  est tire de Jean, chap 16 verset 28 : "Je suis sorti du Père et suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde et je retourne au Père"  dans une musique éclatant en mode VII donne la tonalité de la liturgie de ce dimanche.

Le chant de l'Offertoire : "Peuples, bénissez le Seigneur notre Dieu et faites revenir ses louanges : il a donné la vie à mon âme et n'a pas laissé mes pieds trébucher. Béni soit le Seigneur qui n'a pas repoussé ma supplication, ni écarter de moi sa miséricorde, alléluia" tiré du psaume 65 (versets 8, 9 et 20) tout comme le verset de l'introït (verset 1), un  hymne d'action de grâce pour tout ce que Dieu nous a fait. La musique en mode II (RE-FA avec des pointes en LA) est imprégnée d'une joie toute profonde, une action de grâce qui se prolonge !

Retrouver les chants propres de ce dimanche  ici >>>
E
t les lectures ici>>>

GIOTTOAscension

Solennité de l'Ascension du Seigneur, Jeudi 13 Mai

Viri Galilaei, quid admiramini aspicientes in caelum ? Alleluia.
Quemadmodum vidistis eum ascendentem in caelum, ita veniet, Alleluia.

Hommes de Galilée, pourquoi regardez-vous avec étonnement vers le ciel ? Alléluia ;
comme vous avez vu Jésus monter au ciel, c'est ainsi qu'il  
reviendra, alléluia.

Curieusement les textes de ce dimanche nous plongent plus dans la venue du Saint Esprit que l'Ascension du Seigneur comme si cette fête liturgique n'était pas importante. Mais il est sous-jacent qu'il n'y ait pas la venue de l'Esprit sans que le Christ soit monté au ciel.

En effet les textes de l'Introït de l'Ascension, cités ci-dessus, alliés à une belle musique en mode VII nous plongent aussi et déjà vers la Pentecôte. L'ange nous dit qu'il ne faut pas en rester là à contempler le résultat, aussi beau soit-il. Nous avons chanté ensemble nous chanterons ensemble encore et sans cesse ici et là où l'on veille bien nous faire une place, Celui qui, par son Esprit, demeure avec nous tous les jours. Semaine après semaine nous ferons de telle sorte que le même chant monte dans les cieux pour la plus grande gloire de Dieu.

Allons les amis, ne relâchez pas votre vigilance. Veillez et chantez. Vous avez commencé. Continuez maintenant.

Retrouver les chants propres  ici >>>
Et les lectures  ici >>>

A nous tous, à vous tous, nous nous disons 

Bonne et sainte fête de l'ASCENSION

  

Img 7Tp  VIIème dimanche de Pâques B, 16 Mai 

A quelques jours de l'Ascension du Seigneur l'Eglise est en attente de Celui qui est promis par le Christ avant de quitter pour toujours notre terre.. L'introït Exaudi, Domine, (Exauce ma prière, Seigneur, accueille le cri que je pousse vers toi, alleluia. Mon cœur te dit : J'ai cherché ton visage, Seigneur; je ne cesserai de le chercher : daigne ne pas le détourner de moi, alleluia, alleluia) tiré du psaume 26 exprime bien cet état d'âme des apôtres et de toute l'Eglise. Sa musique en mode VI (mode FA-LA) éclaire bien le texte et l'état d'âme.

Les autres chants nous parlent de l'Ascension toute proche, notamment le chant d'offertoire est celui de la fête de l'Ascension.

Retrouver les chants propres de ce dimanche ici >>>
Et les lectures ici >>>

34945 pentecost f

Cinquante jours après Pâques l'Eglise célèbre solennellement la venue du Saint-Esprit, promis par le Christ maintenant remonté au ciel à droite du Père (Ascension). C'est la PENTECÔTE. Dom Guéranger, dans l'année liturgique, fait ce rapprochement avec la Pentecôte juive : 

Sous le règne des figures, le Seigneur marqua déjà la gloire future du cinquantième jour. Israël avait opéré, sous les auspices de l'agneau de la Pâque, son passage à travers les eaux de la mer Rouge. Sept semaines s'écoulèrent dans ce désert qui devait conduire à la terre promise, et le jour qui suivit les sept semaines fut celui où l'alliance fut scellée entre Dieu et son peuple.
La Pentecôte (le cinquantième jour) fut marquée par la promulgation des dix préceptes de la loi divine, et ce grand souvenir resta dans Israël avec la commémoration annuelle d'un tel événement. Mais ainsi que la Pâque, la Pentecôte était prophétique : il devait y avoir une seconde Pentecôte pour tous les peuples, de même qu'une seconde Pâque pour le rachat du genre humain. Au Fils de Dieu, vainqueur de la mort, la Pâque avec tous ses triomphes; à l'Esprit-Saint, la Pentecôte, qui le voit entrer comme législateur dans le monde placé désormais sous sa loi. 
Mais quelle dissemblance entre les deux Pentecôtes !
La première sur les rochers sauvages de l'Arabie, au milieu des éclairs et des tonnerres, intimant une loi gravée sur des tables de pierre ;
la seconde en Jérusalem, sur laquelle la malédiction n'a pas éclaté encore, parce qu'elle contient dans son sein jusqu'à cette heure les prémices du peuple nouveau sur lequel doit s'exercer l'empire de l'Esprit d'amour. En cette seconde Pentecôte, le ciel ne s'assombrit pas, on n'entend pas le roulement de la foudre; les cœurs des hommes ne sont pas glacés d'effroi comme autour du Sinaï ; ils battent sous l'impression du repentir et de la reconnaissance. Un feu divin s'est emparé d'eux, et ce feu embrasera la terre entière. Jésus avait dit : « Je suis venu apporter le feu sur la terre, et quel est mon vœu, sinon de le voir s’étendre ? » L'heure est venue, et celui qui en Dieu est l'Amour, la flamme éternelle et incréée, descend du ciel pour remplir l'intention miséricordieuse de l'Emmanuel." (Pour aller plus loin >>>)

L'Introït Spiritus Domini emprunte le texte au livre de la Sagesse (Sg 1, 7) qu'accompagne une musique lumineuse en mode VIII. Il est décliné en 2 phrases musicales In SpiritusDominitoutes les deux avec une grande amplitude RE-MI (soit plus que l'octave). Cette amplitude se trouve aux deux endroits replevit orbem terrarum (1ère phrase) et scientiam habet vocis (pour la deuxième). On peut interpréter ce choix comme un rapprochement en les deux Pentecôtes de Dom Guéranger. Tandis que l'événement de la Pentecôte, car il s'agit bien d'un événement, est relaté par l'antienne de communion Factus repente avec un texte des Actes des Apôtres (Ch 2, versets  2 & 4) 

Un autre texte caractéristique est la séquence Veni Sancte Spiritus, une composition du Pape INNOCENT III (1160-1216) dans une musique en mode I de haut vol.qui ne se contente pas de la quinte RE-LA mais qui vole plutôt vers l'octave RE->RE. C'est une des 5 séquences maintenues par le Concile de Trente (1545-1563). Ce sont

  • Victimae pascali laudes de Pâques
  • Veni Sancte Spiritus de la Pentecôte
  • Lauda Sion de la fête Dieu
  • Dies irae de la messe des Défunts
  • Stabat mater dolorosa (ajoutée tardivement en 1727) pour la fête de Notre-Dame des 7 douleurs.

Avec le Concile Vatican II il ne subsiste plus que 4, celle de la messe des défunts a été supprimée pour la forme ordinaire de la liturgie.

Retrouver les enregistrements MP3 et les partitions de la messe ici >>>
Vous pouvez trouver les beaux chants de cette Vigile de la Pentecôte en suivant ce lien >>>

Les textes liturgiques  de la messe du jour sont ici >>>
Les textes liturgiques  de la Vigile sont ici >>>

Bonne & sainte fête de PENTECÔTE