Quarante jours ( les dimanches ne sont pas comptés dans ces 40 jours) avant Pâques, l'Eglise, par sa Sainte Liturgie, nous fait entrer dans une période de préparation à fêter la Résurrection du Christ. L'institution de ce jeûne solennel remonte aux premiers temps du Christianisme. Notre Seigneur Jésus-Christ lui-même l'a inauguré par son exemple, en jeûnant quarante jours et quarante nuits dans le désert ; et s'il n'a pas voulu, dans sa suprême sagesse, en faire un commandement divin qui dès lors n'eût plus été susceptible de dispense, il a du moins déclaré que le jeûne imposé si souvent par l'ordre de Dieu dans l'ancienne loi serait aussi pratiqué par les enfants de la loi nouvelle.(Pour aller plus loin dans cet historique du Carême lire Dom Guéranger en suivant ce lien )

5TC JudicaMeDeusJudica me, Deus 
Rends-moi justice, mon Dieu, et défends ma cause contre un peuple impie ; délivre-moi de l'homme méchant et rusé, car tu es mon Dieu et ma force. (Ps 42, 1.2.3)
V/. Envoie ta lumière et ta vérité ; qu'elles me guident et me conduisent à ta montagne saint et dans tes demeures

Cinquième et dernier dimanche de Carême avant d'entrer en Semaine Sainte, la Liturgie nous fait entrer dans la passion du Christ. Dans la liturgie ancienne (qui est perpétuée maintenant sous sa forme extraordinaire) Le cinquième n'existait (n'existe pas). C'est en réalité le dimanche de la Passion, le début d'un temps liturgique court, le Temps de la Passion.

Dans l'Introït Judica me, Deus... Le Messie implore le jugement de Dieu, et proteste contre la sentence que les hommes vont porter contre lui. Il témoigne en même temps son espoir dans le secours de son Père, qui, après l'épreuve, l'admettra triomphant dans sa gloire.
La musique lumineuse en mode IV (MI-SOL) connait trois moments forts, un dans chaque phrase musicale

  • La première autour des mots causam meam (ma cause)
  • Dans la deuxième phrase le cri de douleur atteint son plus haut point avec doloroso eripe meLa musique est resté en hauteur pour renforcer le cri de douleur qui a atteint sa limite.
  • Dans la dernière phrase deux points hauts tu es Deus (tu es Dieu) et fortitudo  (tu es ma force) avant de descendre vers la finale mea.
    Pour approfondir suivre Dom Guéranger dans ses commentaires

Pour retrouver tous les chants de ce dimanche suivre ici >>> Pour approfondir les lectures de ce dimanche suivre ce lien >>>

 Bon Dimanche et bonne semaine

semainesainte 1

Après 5 semaines de Carême l'Eglise, par sa sainte liturgie, nous fait entrer dans une semaine exceptionnelle pour vivre intensément la fin du Carême et pour préparer intensément toujours nos cœurs et nos esprits à fêter la fête des fêtes, LA RÉSURRECTION du CHRIST, la PÂQUES du SEIGNEUR.

Cette semaine suprématie de toute les semaines semaine où Dieu a créé le monde en 6 jours pour se donner un repos le 7è.

Cette semaine débute avec 

 Bonne entrée en SEMAINE SAINTE

Le Dimanche des Rameaux 

Dès le matin de cette journée, Jésus laissant à Béthanie Marie sa mère, les deux sœurs Marthe et Marie-Madeleine avec Lazare, se dirige vers Jérusalem, dans la compagnie de ses disciples. La mère des douleurs frémit en voyant son fils se rapprocher ainsi de ses ennemis, qui ne songent qu'à répandre son sang; cependant ce n'est pas la mort que Jésus va chercher aujourd'hui à Jérusalem : c'est le triomphe. Il faut que le Messie, avant d'être attaché à la croix, ait été proclamé Roi dans Jérusalem par le peuple; qu'en face des aigles romaines, sous les yeux des Pontifes et des Pharisiens muets de rage et de stupeur, la voix des enfants, se mêlant aux acclamations de la cite, fasse retentir la louange au Fils de David.
Le prophète Zacharie avait prédit cette ovation préparée de toute éternité pour le Fils de l'homme, à la veille de ses humiliations : « Tressaille d'allégresse, fille de Sion, avait-il dit; livre-toi aux transports de la joie, fille de Jérusalem: voici ton Roi qui vient vers toi ; il est le Juste et le Sauveur. Il est pauvre, et il s'avance monté sur l'ânesse et sur le petit de l'ânesse (1). » Jésus, voyant que l'heure de l'accomplissement de cet oracle était venue, détache deux de ses disciples. et leur ordonne de lui amener une ânesse et un ânon qu'ils trouveront à quelque distance. Le Sauveur était déjà arrivé à Bethphagé, sur le mont des Oliviers. Les deux disciples s'empressent de remplir la commission de leur maître ; et bientôt l'ânesse et l'ânon sont amenés aux pieds du Sauveur.
Les saints Pères nous ont donné la clef du mystère de ces deux animaux. L'ânesse figure le peuple juif qui, dès longtemps, avait été placé sous le joug de la Loi; « l'ânon sur lequel, dit l'Evangile, aucun homme n'était encore monté (2) », représente la gentilité, que nul n'avait domptée jusqu'alors. Le sort de ces deux peuples se décidera d'ici à quelques jours. Pour avoir repoussé le Messie, le peuple juif sera délaissé ; en sa place Dieu adoptera les nations qui, de sauvages qu'elles étaient, deviendront dociles et fidèles.
Les disciples étendent leurs vêtements sur l'ânon ; alors Jésus, pour accomplir la figure prophétique, monte sur cet animal (3), et se prépare à faire ainsi son entrée dans la ville. En même temps le bruit se répand dans Jérusalem que Jésus approche. Par un mouvement de l'Esprit divin, la multitude de Juifs qui s'était réunie de toutes parts dans la cité sainte pour y célébrer la fête de Pâques, sort à sa rencontre, portant des palmes et faisant retentir l'air d'acclamations. Le cortège qui accompagnait Jésus depuis Béthanie se confond avec cette foule que l'enthousiasme 
transporte; les uns étendent leurs vêtements sur la terre qu'il doit fouler, d'autres jettent des branches de palmier sur son passage. Le cri d'Hosannah retentit; et la grande nouvelle dans la cite, c'est que Jésus, fils de David, vient d'y faire son entrée comme Roi.(Dom Guéranger dans Année Liturgique)

La liturgie de ce jour comporte deux moments

  1. La bénédiction des Rameaux précédant la procession d'entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem.
    L'antienne Hosanna Filio David ouvre cette bénédiction avant que le célébrant ne chante la bénédiction propre es rameaux : "Dieu tout-puissant, daigne bénir ces rameaux que nous portons pour fêter le Christ notre Roi : accorde-nous d'entrer avec Lui dans la Jérusalem éternelle"
    Puis on proclame l’Évangile de l'entrée solennelle à Jérusalem (Matthieu 21, 11 pour cette année A de la liturgie) 
  2. La procession d'entrée avec deux antiennes Pueri hebraeorum ... ramos et Pueri hebraeorum vestimenta et une hymne Gloria, laus ...l'hymne du Christ Roi. Et dès à l'intérieur de l'église le répons Ingediente Domino (A l'entrée du Seigneur dans la ville sainte, les enfants des hébreux annonçaient la résurrection de la vie, * Portant rameaux et palmes , ils chantaient : Hosanna au plus haut des cieux. V/. Quand le peuple apprit que Jésus arrivait à Jérusalem, il sortit à sa rencontre.) qui tient lieu ce jour, pour la forme ordinaire de la liturgie, de chant d'entrée (Introït)  ...
  3. La messe de la Passion où l'on proclame l’Évangile de la Passion du Christ. Pour cette année A c'est la Passion selon St Mathieu.
    Une originalité de ce dimanche : on inverse  le Trait Deus Deus meus  et le Graduel Christus factus est (comme répons à la deuxième lecture). 

    « Le Christ s'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
    C'est pourquoi Dieu l'a exalté et lui a donné le nom qui surpasse tout nom. » (Phil. 2, 8-9)
    "c'est un texte majeur qui, lié à une mélodie typique, constitue un des plus grands chefs-d’œuvre du chant grégorien. Ce chant est interprété de nos jours le dimanche des Rameaux." (Moine de Notre-Dame de Triors) Vous pouvez lire la suite ici >>>

Vous pouvez trouver les chants de ce jour ici >>>
R
etrouver toute les lecture de la messe ici >>>

Lundi saint 

Trouver les chants propres de ce jour ici>>>
Et les lectures du jour ici >>>

Mardi saint 

Trouver les chants propres de ce jour ici>>>
Et les lectures du jour ici >>>

Mercredi saint 

Trouver les chants propres de ce jour ici>>>
Et les lectures du jour ici >>>

 

Img JeudiSaintJeudi Saint 
Deux messes ont lieu ce jour

  • Le matin, habituellement, la messe chrismale, messe diocésaine où l'évêque bénit l'huile dite chrismale qui servira pour les baptêmes et confirmations, pendant toute l'année. Certains diocèses la célèbrent le mardi soir, pour des raisons pastorales !
  • Pour retrouver les chants de cette messe ici >>>
    Les lectures pour cette messe sont ici >>>

  • Messe (du soir) dite la Sainte Cène du Seigneur, où le Christ, avant de subir sa Passion, nous a laissée en héritage. Il a institué l'Eucharistie pour l'Eglise, en souvenir de son sacrifice sur la Croix. 

Le jeudi saint c'est aussi traditionnellement la fête du sacerdoce. Nous aurons à cœur de prier pour nos prêtres et évêques.  
Le second signe que le Christ nous laisse, le lavement des pieds, est un signe de service et d'humilité. Le sacerdoce est avant tout un service humble, au service de l'Eglise.

Trouver ici >>> les chants propres de cette messe
Le bel introït de ce jour Nos autem  nous dresse face à la CROIX du CHRIST pour nous rappeler que nous devons notre salut à la croix du Christ.
Et les lecture ici >>>

 

 

VImg VendrediSaint1endredi Saint,jour de silence, nous plonge dans la Passion du Christ.

La liturgie de ce soir est bâtie sur 4 points forts

  • La liturgie de la parole
  • Nous adorons la Croix du Christ, par laquelle nous sommes sauvés 
  • Nous communions au Corps du Christ, consacré le Jeudi Saint. 
    Le graduel "Christus factus".est le chant sommet de ce triduum pascal. Il est dommage que l'on ne puisse pas faire résonner cette beauté ce jour. 

Trouver ici >>> les chants propres de cet office de la Croix 
Et les lectures ici >>>>

Img SamediStSamedi Saint, jour fait de silence et de recueillement en attendant la Vigile pascale où l'Eglise

  • Chante en Christ, le Feu nouveau. Un symbole fort du Christ, lumière du monde, feu nouveau, qui nous communique la force de sa vie nouvelle. Cette vie nouvelle est donnée aux catéchumènes et nous est donnée, à nous baptisés de depuis notre enfance. Ce feu nouveau issu de la roche qui ferme l'entrée du tombeau du Christ va être allumé au Cierge Pascal, symbole du Christ présent, désormais, parmi les siens jusqu'à ce qu'il rejoigne le Père à l'Ascension, avec ce magnifique chant de

    nnonce de pâques

    Pour afficher le texte latin/français cliquer ici>>>

  • Nous refait revivre le parcours, à travers la lecture de la Sainte Ecriture, de notre rédemption, depuis la Création jusqu'à la Résurrection où le Christ, ressuscité des morts ne meurt plus (épître  aux Romains chap. 6, versets 3 à 11) en passant par le récit de l'Exode, le Sacrifice d'Isaac qui préfigurait celui de l'Agneau immolé, le Christ et l'eau du baptême qui figure déjà dans la passage de la Mer rouge et surtout avec les prophètes tels que Isaïe, Baruch, Ézéchiel.
  • Confère aux catéchumènes cette vie nouvelle issue du Christ Ressuscité. 
  • Fait éclater enfin la joie pascale du Christ Ressuscité par le triple Alléluia,  élevé chaque fois d'un demi ton, dont le verset est tiré du premier verset du psaume 117 

    Alléluia : Confitémini (Ps 117, 1)

    Pour afficher la partition cliquer ici>>>
    E
    t les lecture ici >>>

    Pour aller plus loin lire Dom Guérange