In Sitientes 18To ASitiéntes, veníte ad aquas, dicit Dóminus : et qui non habétis prétium, veníte, et bíbite cum lætítia.
℣. Atténdite, pópule meus, legem meam : inclináte aurem vestram in verba oris mei.

Vous qui avez soif, venez aux sources, dit le Seigneur, et vous qui n’avez pas de quoi payer, venez et buvez avec joie.
(Isaïe LV, 1).
℣. Mon peuple, écoutez ma loi ; prêtez l’oreille aux paroles de ma bouche. (Psaume LXXVII, 1).

Le texte de l'Introït est tiré du prophète Isaïe au chapitre 55, choisi en fonction de la première lecture de l'année A.


Retrouver les enregistrements MP3 de cette messe ici >>>
Et les textes des lecture du jour ici >>>

In RespiceRespice, Domine, in testamentum tuum, et animas pauperum tuorum ne derelinquas in finem :
Exsurge Domine, et iudica causam tuam : et ne obliviscaris voces quaerentium te. (Psaume 73, 19-20,  22-23) 
Ps. Ut quid Deus repulisti in finem : iratus est furor tuus super oves pascuae tuae ? (verset 1)

Jette un regard, Seigneur, sur ton Alliance et n'abandonne pas définitivement les âmes de tes pauvres !u
Debout, Seigneur! Prends fait et n'oublie pas les voix de ceux qui te cherchent !
Ps: Pourquoi, Seigneur, nous as-tu complètement repoussés ? Pourquoi cet orage de ta colère sur les brebis de ton alpage ?

 Le texte original du psaume a été quelque peu transformé comme ceci

19 Ne tradas bestiis animas confitentes tibi, animas pauperum tuorum ne obliviscaris in finem.
20 Respice in testamentum tuum,  quia repleti sunt qui obscurati sunt terra domorum iniquitatum.
21 Ne avertatur humilis factus confusus ; pauper et inops laubabunt nomen tuum.
22 Exsurge, Deus, iudica causam tuam;  memor esto improperiorum tuorum, corum qua ab insipiente sunt tota die.
23 Ne obliviscaris voces quarentium te. Superbia eorum qui te oderunt ascendit semper.

 Le compositeur a donc antéposé 20a à 19b en ajoutant un vocatif Domine qui met d'emblée en vedette le destinataire ; en 19b, ne derelinquas (n'abandonne pas) vient remplacer ne obliviscaris (n'oublie pas), sans doute pour éviter un effet de redite avec 23a qui se trouve très rapproché du fait de la sélection opérée parmi les versets ; quant à la substitution de Domine à Deus en 22a, elle s'explique vraisemblablement par un souci oratoire que confirme amplement, du reste, le traitement mélodique de ce vocatif à l'apex de la pièce, Il en va en comme si l'auteur de ce patchwork avait intentionnellement estompé la présence quelque peu obsédante des ennemis et des malheurs pour aboutir à l'expression d'une prière intense, certes, mais incontestablement plus sereine. 

Ainsi « arrangée», la prière psalmique se décline en trois éléments principaux : 
 

A - Respice, Domine, in testamentum tuum et animas pauperum tuorum ne derelinquas in finem – (cadence sur si) 

B - exsurge, Domine, et iudica causamtuam – (cadence sur la)

C - et ne obliviscaris voces quaerentium te – (cadence sur sol)

 Tritus authente (5° mode) en ROM, Tetrandus plagal (7e mode) en GREG, la pièce fait partie de ces «quelques introïts dont la comparaison » entre les deux répertoires « n'est pas décisive, car le lien entre leurs compositions n’apparaît pas avec une clarté suffisante.»
(D'après Chante et Marche, Frère François Cassingena-Trévidy Tome III, page 166 lire  la suite )

 Retrouver ici >>> les enregistrements et partitions de ce dimanche
Et les lectures ici >>>

 

AssomptionNotreDameLa liturgie propose deux introïts au choix

  • Le premier "Signum magnum" tiré du livre de Apocalypse au chapitre 12, verset 1 et du psaume Ps. 97  comme verset en mode VII (SOL/RE) d'une allure dynamique et de haut vol bien adapté à l'événement. La musique suit de près le texte qui nous chante la gloire de Marie élevée au ciel.
  • Le deuxième "Gaudeamus" d'une posture plus classique, un des plus anciens introïts composés à la gloire de Sainte Agathe, première Vierge martyre, morte en 251. Les paroles "Agathae martyris" ont été changées en "Mariae Virginis" et "de cujus passione" en de "cujus solemnitate"

L'originalité de ce jour réside en le GRADUEL "Audi filia" dont la musique en mode VII (SOL/RE) nous transporte en hauteur avec la Vierge Marie. Ce graduel chante à l'origine la gloire des Vierges martyres ou pas que l'Eglise honorent depuis le début de son existence. Marie est la vierge des vierges.

Retrouver les chants de cette solennité ici >>>
E
t les lectures ici >>>

Bonne fête de l'Assomption