Un temps commence après celui (de la Nativité) qui se termine. Mais est-ce vraiment le temps de Noël incluant l’Épiphanie termine-il vraiment ? Sûrement pas 

" De fait, s'il n'existe plus, aujourd'hui, de Temps après l’Épiphanieproprement dit, les premières semaines du Temps que nous appelons Ordinairene s'articule pas moins de façon très sensible et théologiquement très appropriée sur la grande solennité de Noel-Épiphanie, au regard ds lectures (et tout simplement des évangiles) qui sont proposé. La thématique générale est bien celle des premières manifestions messianiques de Jésus et de l'annonce du royaume, consécutive au Baptême" (Chante et Marche, Père Cassingéna-Trévidy)

6ToC EstoMihiEsto mihi in Deum protectorem
Sois pour moi un Dieu protecteur, un lieu de refuge pour me sauver. Car ma force et mon refuge, c'est toi, et à cause de ton nom, tu me conduiras et tu me nourriras. (Ps 30, 3, 4)
V/. En toi, Seigneur, j'ai mon espérance, que jamais je ne sois confondu ; dans ta justice délivre-moi.  (Ps 30,  2)

C'est ainsi que commence la messe de ce dimanche par une prière toute personnelle, un seul à seul avec Dieu, seul à seul dans lequel l'assemblée toute entière, au demeurant, est appelée à entrer, dans la joie  et la tranquillité spirituelles du 6ème mode.

Le répertoire de ce 6ème dimanche recouvre pour l'essentiel (introït, graduel, offertoire et communion) celui de l'ancien dimanche de la Quinquagésime, autrement dit le plus proche du caput ieiuni ou ouverture du Carême ("Chante et Marche", père F. Cassingena-Trévédy)

Retrouver les chants propres de ce dimanche  ici >>>  Et les lecture ici >>>

7ToC DomineInTuaMisericordiaDomine, in tua misericordia 
Seigneur, j'espère en ta miséricorde. Mon cœur met toute sa joie dans ton salut ; je chanterai le Seigneur pour le bien qu'il m'a fait. (Ps 12, 6)
V/. Combien de temps, Seigneur, m'oublieras-tu ? Jusqu'à la fin ? Combien de temps détourneras-tu ton visage de moi ? (Ps 12, 1)

L'introït de ce dimanche emprunte son texte au verset 6 du très court psaume 12, le plus court du psautier. "Le psaume commence par un cri véhément de détresse (verset 1) et se clore sur un chant d'allégresse et de gratitude (verset 6) : ce sont ces deux extrêmes que notre introït a raboutés l'un à l'autre dans sa composition, moyennant  toutefois remplacement de ego autem in tua misericordiapar un vocatif Domine qui désigneclairement l'interlocuteur."
"Aujourd'hui retentit pour la première fois, dans le cycle des introïts du Temps Ordinaire, un mot capital, MISERICORDIA, qui se donnera 4 fois encore à entendre 14e, 22e, 23e et 26e (respectivement dans l'introït Suscepimus, Deus, MISERICORDIAM tuam, l'introït Miserere mihi ...in MISERICORDIA tua,   l'introït Justus es ... secundum MISERICORDIAM, l'introït OMNIA quae fecisti ... MISERICORDIAE tuae). Nous nous souvenons que ce synonyme majeur de Dieu - en particulier du Dieu qu'invoquent nos antiennes dans le langue des psaumes -  a donné son nom au 4e dimanche du Temps Pascal (Introït MISERICORDIA)." (extrait de "Chante et Marche" du Père F. Cassingena-Trévidy, Tome III)

Pour apprendre la mélodie des chants propres de ce dimanche suivre ce lien >>>    
Pour méditer les lectures de ce dimanche suivre ce lien >>>>