Un temps commence après celui (de la Nativité) qui se termine. Mais est-ce vraiment le temps de Noël incluant l’Épiphanie termine-il vraiment ? Sûrement pas 

" De fait, s'il n'existe plus, aujourd'hui, de Temps après l’Épiphanieproprement dit, les premières semaines du Temps que nous appelons Ordinairene s'articule pas moins de façon très sensible et théologiquement très appropriée sur la grande solennité de Noel-Épiphanie, au regard ds lectures (et tout simplement des évangiles) qui sont proposé. La thématique générale est bien celle des premières manifestions messianiques de Jésus et de l'annonce du royaume, consécutive au Baptême" (Chante et Marche, Père Cassingéna-Trévidy)

2ToC OmnisTerraOmnis terra adoret Te.

Avec l'introït Omnis terra adoret te nous nous baignons encore dans cette "ambiance" d'adoration de l’Épiphanie

"C'est la terre qui chante, mais ce n'est pas un chant de la terre qui s'exhale, avec cet accent indéfinissable de respect et de tendresse où transparaissent à la fois la grandeur du Très-Haut et la joie intense mais toute paisible et intime de l'âme priante. Si l'on jette un regard d'ensemble sur cet introït, on est d'abord frappé par la sobriété de sa forme et la simplicité de sa construction" (Mère Paule-Elisabeth Labat dans Louange à Dieu et chant grégorien, cité par Père François Cassingéna-Trévidy dans Chante et Marche, Tome I, page 271-272)

Et surtout le chant d'offertoire Jubilate Deoun monument du chant grégorien que l'on chante aussi le 5ème dimanche de Pâques. Il est en mode RE-LA avec l'amplification de la deuxième phrase musicale qui reprend le texte de la première phrase musicale. Le grand mélisme sur LATE nous conduit vers les hauteurs.

Retrouver les chants propres de ce dimanche ici >>
Et les lectures ici >>>

3To AdorateDeumDominus secus

L'introït de ce 3ème dimanche du temps ordinaire est tiré de l’Évangile de Mathieu Dominus secus (Mt 4, 18.19 et Ps 18 pour le verset)
La liturgie chante en entrée l'appel de Pierre et de son frère André. Tous les autres chants continue à nous parler de la gloire  du Christ à la quelle les rois de la terre rendent hommage. C'est le cas du graduel Timebunt gentes.et du verset de l'Alléluia, Dominus regnavit, excultet terra et de la communion Venite post me

Retrouver les chants propres de ce dimanche ici >> 

Et les lectures ici >>>

RembrandtSimeonAuTempleSuscepimus, Deus, Miséricordiam tuam
« Nous avons reçu, ô Dieu, ta miséricorde au milieu de ton temple. Comme ton nom, ô Dieu, ainsi ta louange couvre l'étendue de la terre, ta droite est remplie de justice. Le Seigneur est grand et digne de toute louange, dans la cité de notre Dieu, sur sa montagne sainte ». (Psaume 47, 10, 11, 2)

La "chandeleur" est la fête du Christ "lumière pour éclairer les nations" (Lc 2,32), attestée  et fêtée à Jérusalem en 386, adoptée à Rome au 7e siècle.
Fête commune avec les Églises orientales, qui l'appellent fête de la Rencontre ou Entrée de Notre Seigneur au Temple.
Bénédiction des cierges et procession de toute l'assemblée avec les cierges allumés précèdent la messe. Ce rituel qui précède la messe, nous introduit au Temple de Dieu où la LUMIÈRE brille d'un éclat nouveau.

Le psaume 47 d'où est tiré ce chant d'entrée est un hymne à Yahvé et au mont Sion qu'il a choisi pour demeure. Il était chanté semble-t-il au cours d'une procession à laquelle prenaient part des pèlerins venus de tous les horizons, proches ou lointains. Une admiration et un amour universels unissent ensemble le Dieu unique et la montagne sainte sur laquelle sont édifiés la cité de Dieu et le temple de sa gloire. Lire la suite >>>

Les chants propres de ce jour se trouvent ici >>>
Les lectures peuvent être trouvées
ici >>>

5ToC VeniteAdoremusDeum Venite adoremus
Venez, adorons Dieu et prosternons-nous devant le Seigneur ! Pleurons devant celui qui nous a fait, car c'est lui le Seigneur notre Dieu !

Au 5ème dimanche cet introït nous place toujours dans la thématique de l’Épiphanie tandis que l'offertoire  Perfice  et la communion Introïbo nous situe déjà à l'ancien dimanche de la Septuagésime et le graduel Tollite hostias s'invite déjà au 5ème dimanche de Carême. (Source "Chante et Marche", Père Cassingena Trévedy)

"L'introït Venite adorémus, l'invitation à l'impératif - VENEZest suivi d'un cohortatif - ADORONS . Le mouvement d'entrée se trouve donc "provoqué" par une voix singulière qui appelle, mais qui se reconnait tout aussitôt solidaire d'un groupe, d'une communauté, et qui assume simplement la charge d'introduire celle-ci en Présence : vox ecclesiastica, pourrait-on dire. L'introït fait en somme ici sa matière de l'appel même qui suscite la démarche d'entrée ; plus exactement , il n'est autre que l'encouragement que s'adresse les uns aux autres les membres de l'assemblée en train de célébrer, pou autant que chacun s'avère être, en la circonstance, fraternellement responsable de l'accès d'autrui à la Présence." (Chante et Marche, père Cassingena-Trévedy, Tome I, page 292).

Enregistrement et partitions sont à trouver ici >>>
Les lectures à méditer ici >>>

 

6ToC EstoMihi

Esto mihi in Deum protectorem (Sois pour moi un Dieu protecteur)

C'est ainsi que commence la messe de ce dimanche par une prière toute personnelle, un seul à seul avec Dieu, seul à seul dans lequel l'assemblée toute entière, au demeurant, est appelée à entrer, dans la joie  et la tranquillité spirituelles du 6ème mode.

Le répertoire de ce 6ème dimanche recouvre pour l'essentiel (introït, graduel, offertoire et communion) celui de l'ancien dimanche de la Quinquagésime, autrement dit le plus proche du caput ieiuni ou ouverture du Carême ("Chante et Marche", père F. Cassingena-Trévédy)

Retrouver les chants propres de ce dimanche  ici >>>  Et les lecture ici >>>